Retour
picto vidéo picto texte

vendredi 17 octobre 2014, 18h02

Les métiers du futur de l’automobile : comment s’y préparer ?

Atelier • Innovation • Rédactionnel • Vidéo

Bookmark and Share

Vidéo

Voir la vidéo sur Youtube
Voir toute la conférence

Word - 518.8 ko
Retranscription intégrale

Participent à l’atelier :
Stanislas GRENAPIN, Journaliste automobile
Damien BIRO, Fondateur et dirigeant de Pariss Electric
Pierre BLAZEVIC, Directeur de l’ISTY à l’Université de Versailles-St Quentin en Yvelines
Christine BRUNIAUX, Chef du Département de la stratégie de la formation et de l’emploi au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Stéphane DELALANDE, Directeur des partenariats scientifiques de PSA Peugeot Citroën
Brigitte DORIATH, Inspectrice Générale de l’Éducation Nationale
Nathalie GMINDER, Manager European Affairs and Communication du CLEPA
Jacqueline LAIRE, DRH de la FIEV et Vice-Présidente de l’association « Elles bougent »
François PISTRE, Directeur Délégué CIR et Subventions de Renault et Représentant Compétences de Renault à la PFA et Mov’eo
François SUDAN, Programme « 2 litres au 100 » à la PFA

Stanislas GRENAPIN, Journaliste automobile, souligne que l’automobile séduit toujours, comme en atteste la fréquentation du Salon 2014. L’automobile attire les jeunes actuels, et les jeunes en devenir, en quête de rêves et de projets. Les défis de la filiale sont multiples, et portent sur le produit, les services associés et la production. Le secteur a grand besoin de bras et de têtes, bien faits et bien pleines.
Damien BIRO, Fondateur et dirigeant de Pariss Electric, souligne que les contraintes surmontées par l’automobile deviennent des opportunités. L’arrivée de la propulsion électrique et des outils modernes change la donne en termes d’innovation, puisqu’ils permettent aux petits constructeurs de relever les défis de production. La créativité nécessaire à ce métier, qui touche à des multiples aspects, doit être mise en avant.
Pierre BLAZEVIC, Directeur de l’ISTY à l’Université de Versailles-St Quentin en Yvelines, estime que la filière automobile est redevenue attrayante pour les jeunes depuis quelques années, notamment grâce à des démonstrations d’images et de produits fournis par les constructeurs. Afin de combattre l’inquiétude des jeunes quant à l’avenir de cette filière, l’ensemble des avancées réalisées dans le secteur doit être communiqué.
Stéphane DELALANDE, Directeur des partenariats scientifiques de PSA Peugeot Citroën, explique qu’un réseau de partenariats scientifiques, « Open Lab », a été créé avec des laboratoires de pointe. Majoritairement implantés en France, ils ont permis des résultats technologiques concrets. À cet égard, les jeunes doivent être aujourd’hui formés à la voiture et aux services d’après-demain.
Brigitte DORIATH, Inspectrice Générale de l’Éducation Nationale, rappelle que les diplômes nationaux sont créés sur la base des demandes émises par les professionnels, en fonction de l’ampleur de la demande. Par ailleurs, le ministère a pris l’engagement de réduire la durée d’élaboration des diplômes, de 18 à 12 mois.
Nathalie GMINDER, Manager European Affairs and Communication du CLEPA, estime que l’attractivité de l’automobile est avérée dans toute l’Europe, notamment en Allemagne, malgré les difficultés éprouvées par le secteur. La demande, définissant les produits du futur, sera toutefois problématique, puisque la mobilité urbaine exigera une combinaison des modes de transport.
François PISTRE, Directeur Délégué CIR et Subventions de Renault et Représentant Compétences de Renault à la PFA et Mov’eo, considère que l’automobile est un secteur de pointe, offrant une panoplie de métiers, qu’il est important de promouvoir. La filière automobile souffre d’un déficit d’image qu’il est indispensable d’enrayer.
Christine BRUNIAUX, Chef du Département de la stratégie de la formation et de l’emploi au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, souligne que le pilotage du système de formation professionnelle, notamment initiale, est essentiellement assuré par les régions. La France doit toutefois demeurer vigilante en termes d’orientation vers l’industrie de ses jeunes, en initiant en amont un travail sur l’image de la filière en collaboration avec les écoles.

Retour