Retour
picto vidéo

vendredi 10 octobre 2014, 18h37

Sabrina Tenerelli [Responsable Marketing produits de Dacia]

Interview • Vidéo

Bookmark and Share

Vidéo

Voir la vidéo sur Youtube

Interrogée par Nicolas Le François (journaliste), Sabrina Tenerelli, responsable marketing produits de Dacia, revient sur les quatre nouveautés présentées par Dacia à l’occasion du Mondial : les versions Spectro de Lodgy et de Dokker (qui viennent compléter la Sandero Stepway déjà existante) et deux séries limitées, le Sandero Black Touch et le Duster Air. Celui-ci, dans la logique de la série limitée Aventure commercialisée en 2013, est assorti du pack « look » (jantes alu, vitres arrières sur-teintées…) et d’une animation intérieure et extérieure spécifique, avec notamment des coques de rétroviseurs jaunes et une sellerie dotée de broderies surpiquées.
Duster, modèle phare de la marque, a déjà vu ses ventes progresser de 58 % sur les huit premiers mois de 2014, ce qui témoigne du succès de ce modèle, y compris après son restylage en 2013 ; un succès international puisque plus d’un million de Duster (sur 3 millions de Dacia) ont été vendus partout dans le monde, sous badge Dacia ou Renault.
En France, le seuil de 600 000 ventes a été franchi au mois de mai et seulement neuf ans après son lancement, Dacia se hisse à la 5ème place parmi les constructeurs présents dans l’Hexagone. Les ventes se concentrent pour l’essentiel sur les versions « Lauréate » (30 %) et « Prestige » (50 %), portant le prix de vente moyen aux alentours de 16 000 euros, dans le haut de la fourchette que propose la gamme (de 11 900 euros à près de 20 000 euros pour la finition Prestige en 4x4). Les acheteurs français se tournent donc vers des versions très bien équipées, la version Prestige offrant par exemple le régulateur de vitesse, le radar de recul et le « Media Nav ».
La marque tend ainsi à s’éloigner d’une image low cost, sans perdre son ADN, qui réside avant tout dans le rapport habitabilité/prix, explique Sabrina Tenerelli. A partir d’un prix d’accroche extrêmement compétitif, le client choisit la version et le niveau de finition qui correspondent à ses besoins. Tous les fondamentaux, en termes de sécurité et de fiabilité, sont en tout cas présents dès les modèles de base. Dacia, qui s’appuie sur des organes du groupe Renault tous largement éprouvés, garantit tous ses véhicules 3 ans ou 100 000 km. La fiabilité de la marque est d’ailleurs largement reconnue.
Sabrina Tenerelli souligne aussi que la gamme Dacia a été entièrement renouvelée en deux ans. Si nul ne croyait au projet de Louis Schweitzer lorsque celui-ci a décidé de commercialiser les véhicules Dacia (d’abord conçus pour l’Europe de l’Est) en Europe occidentale, le succès obtenu, sans la moindre communication, est aujourd’hui sans égal dans ce positionnement. Cerise sur le gâteau, Dacia a su nouer un lien très fort avec ses clients, comme en témoignent le grand pique-nique « J’aime ma Dacia », qui a réuni 13 000 participants (sous la pluie !) en 2014 ou le magazine « Dacia Attitude », totalement indépendant de la marque, créé en octobre 2013.

Retour