Retour
picto vidéo picto texte

vendredi 10 octobre 2014, 19h00

L’Automobile et la Mode

Atelier • Rédactionnel • Société • Vidéo

Bookmark and Share

Vidéo

Voir la vidéo sur Youtube
Voir toute la conférence

Word - 513.7 ko
Retranscription intégrale

Participent à l’atelier :
Stanislas GRENAPIN, Journaliste automobile
Laurent HERIOU, Coordinateur « Automobile » de l’Exposition et Directeur Général de la Fédération Française des Véhicules d’Époque
David HERMAN, Coordinateur « Mode » de l’exposition
Lydia KAMITSIS, Conseillère scientifique « Mode » de l’exposition, Historienne de la mode et Directeur de recherche à la Sorbonne
Alexandre LAZERGES, Journaliste GQ
Patrick LECHARPY, Directeur du Design Avancé & Hard Synergies Renault/Nissan chez Renault
Patrick PETER, Président de Peter Auto et organisateur du concours d’élégance de Chantilly

Stanislas GRENAPIN, Journaliste automobile, rappelle que l’exposition du Mondial sur l’automobile et la mode (Hall 8) met en scène 54 modèles peignant les liens intimes entre l’objet roulant et les silhouettes de la mode.
Laurent HERIOU, Coordinateur « Automobile » de l’Exposition et Directeur Général de la Fédération Française des Véhicules d’Époque, rappelle que les grands concours d’élégance, nés en France dans les années 1920, unissant grande carrosserie française et grands couturiers, unissaient déjà ces deux univers. Par ailleurs, la lignée du style français perdure, y compris pour la voiture populaire.
David HERMAN, Coordinateur « Mode » de l’exposition, considère que le sujet de l’automobile est intrinsèquement lié aux sujets artistiques. Historiquement, les liens entre l’Automobile et la Mode jusqu’à la fin du XXème siècle étaient davantage centrés sur une question de style. Aujourd’hui, ces deux industries se retrouvent sur le process en amont, dans la création des matières, mais également sur des questions de management ou de communication. Un phénomène commun affecte également ces deux mondes : le retour à des marques de niches, rapprochant le créateur des considérations commerciales.
Lydia KAMITSIS, Conseillère scientifique « Mode » de l’exposition, Historienne de la mode et Directeur de recherche à la Sorbonne, rappelle que la pratique de l’automobile a nécessité une adaptation de la garde-robe. Cet appareillage vestimentaire se sophistique au fur et à mesure que les femmes s’emparent de la conduite de l’automobile. Le rêve de l’automobile pour tous et le prêt-à-porter émergent de concert pendant l’après-guerre. La voiture influence alors le vestiaire, selon des préoccupations pratiques. Aujourd’hui, les designers de la Mode et de l’Automobile se retrouvent sur des conceptualisations de l’objet et des fabrications d’émotions.
Alexandre LAZERGES, Journaliste GQ, rappelle que les premières voitures estampillées féminines (Mini ou Renault 5) étaient faciles d’accès pour des femmes portant des jupes. Les ponts entre la mode et l’industrie automobile sont permanents. Par exemple, les deux univers sont contraints pour perdurer d’anticiper les tendances futures, expliquant la prise de pouvoir des designers « Couleurs et Matières ». Ils sont également touchés par un désir de personnalisation accrue.
Patrick LECHARPY, Directeur du Design Avancé & Hard Synergies Renault/Nissan chez Renault, fait remarquer que l’on cherche aujourd’hui à utiliser l’image d’une élégance à la française, part de notre Histoire, comme soutien au futur de l’automobile française à l’international. En outre, l’avidité pour les innovations fait se rencontrer ces deux univers, qui poursuivent les mêmes buts répondant à des préoccupations identiques. Par ailleurs, la distance entre les poètes et les industriels se réduit dans l’Automobile, puisque les concept cars sont de plus en plus envisagées comme commercialisables.
Patrick PETER, Président de Peter Auto et organisateur du concours d’élégance de Chantilly, souligne que les concours d’élégance unissaient les carrossiers et couturiers présentant les modèles de la saison et le nouveau style. Si l’émergence des médias a fortement contribué à leur disparition, ils tendent aujourd’hui à renaître.

Retour